Le bonheur sinon rien

 

Alors voilà. Une fois n’est pas coutume, m’en vais vous conter ma vie.  Y’a quelques jours je me suis levée avec cette sensation de plénitude et d’énergie. Celle qui vous fait toucher du doigt le bonheur. Vous savez quand toutes les planètes semblent alignées et vous veulent du bien. Quand vous avez réussi à gérer l’organisation du quotidien, les vacances au ski en famille*, dompté la fatigue hivernale et laissé dans un coin les angoisses de boulot ( et quand on est free lance, comment dire elles sont récurrentes ). Bref y’a quelques jours comme disent Les Bronzés j’avais la PA-TA-TE, en langage Instagram ma vie était était presque aussi chic que le compte d’une de ses mums parfaites. Avec cherry on the cake ( je vous préviens je me fais TOUT Downton Abbey en ce moment donc je parle comme Lady Mary Crawley ) : la création après des mois d’hésitations de In Kitchen With, un site d’inspirations culinaires ( je vous en reparle en détail très vite ).

Vendredi dernier je filais donc prendre le RER sans traîner des pieds** , le coeur léger et le bagage mince ( mais lesté de mes appareils photo ). Je filais donc sur le trottoir, chaussée de baskets, en route pour un reportage dans la cuisine d’Angéline Melin, hyper enthousiaste à l’idée de renouer avec le coeur de mon métier de journaliste : la rencontre et l’interview ; portée par les messages bienveillants et encourageants reçus après le lancement d’In Kitchen With, quand tout à coup, PAF ! j’étais allongée par terre. En pleine rue. Devant des cars entiers de CRS. Rien vu venir pas même une perte d’équilibre, un moulinet de bras histoire de se rattraper, RIEN. Etalée dans une flaque. Juste entendue un bruit un peu bizarre quand mon genou gauche a heurté le bitume.

Je vous passe les détails d’une après-midi d’hésitations entre : C’est bon ce n’est rien de grave, OK je boite en marchant mais c’est un hématome / Tiens c’est bizarre tout de même ce genou qui gonfle devant ET derrière…Oh et puis je commence à avoir mal là. Je suis donc partie faire mon reportage, et  j’ai fini aux Urgences avec un verdict sans appel : fracture de la rotule. Ouf on a échappé au col du fémur. 40 c’est bien le nouveau 30.

Voilà tout allait super bien, tout va bien d’ailleurs relativisons, ce n’est qu’une petite fracture de rien du tout. Mais comment dire…j’ai en travers de la gorge cette sensation que mon corps, le hasard, les planètes m’ont trahie. D’autant que 24 heures plus tard mon fils se cassait une dent en tombant bêtement aussi.

En langage psy, yoga, et autre discipline qui nous veut du bien, cela doit bien porter un nom. Moi je dit juste : p*** fait chier merde ( eh oui encore Les Bronzés, la culture que voulez-vous ).

Vous aussi vous connaissez ces périodes où tout ou presque vous échappe ? Si oui, je suis preneuse de vos astuces pour faire face en toute sérénité 🙂

 

*on est toutes d’accord c’est une corvée à organiser une valise avec ces vêtements en polaire tous plus moches les uns que les autres !

** en bonne provinciale ( oui même après 10 ans à Paris je suis toujours bordelaise ) je déteste prendre le RER. En fait je m’arrange toujours pour faire tous mes trajets en métro quitte à marcher longtemps. Oui oui c’est possible.